par Kenneth White




(Dans cet essai, je réponds à deux interrogations qui, dans le contexte mental non seulement confus mais passablement dégradé d’aujourd'hui, peuvent surgir. À savoir : 1) La géopoétique est-elle dogmatique, c’est-à-dire anti-libérale ? 2) La géopoétique est-elle inhumaine, c’est-à-dire, non-humaniste ? J’entreprends cette exploration intellectuelle en compagnie de deux penseurs, Spinoza et Nietzsche, qui étaient dans les parages de la géopoétique dès ses origines).

 

1.

 

Que la liberté soit une conception très courante et très commode, il n’y a pas de doute. Mais on peut avoir plus que des doutes sérieux sur l’exactitude de l’hypothèse. On peut même se risquer à dire, « dogmatiquement », que pour la majorité des hommes c’est une illusion totale. Pour y voir clair, il faut, comme le dit Lichtenberg dans un de ses aphorismes, « une étude très profonde », une étude « pour laquelle un homme sur mille dispose du temps et de la patience nécessaires. »

Lire la suite : Dans l’arrière-fond philosophique de la géopoétique

« L’Orient et l’Occident sont des traits
que quelqu’un dessine à la craie sous nos yeux
pour nous prendre à notre propre jeu pusillanime. »[1]
(F. Nietzsche)

 
Dans l’histoire de la pensée, la question des relations entre Orient et Occident occupe une place insigne. Tout cela s’est engrené durant l’Antiquité en deux étapes principales liées à l’émergence de la métaphysique ainsi qu’à la pensée des sphères[2].

Cette opposition est née de la représentation cartographique du monde à l’époque présocratique avant d’être reprise par Platon, notamment dans Le Banquet et le Timée, sur le plan ontologique.

Lire la suite : Orient et Occident : la révolution tranquille de Kenneth White

 
Dans le paysage – j’allais retirer ‘littéraire’ – d’aujourd’hui, Kenneth White poursuit sa « trajectoire erratique » de poète, d’essayiste et de voyageur. Pour le plus grand plaisir de ceux qui résistent au maillage du réel selon une rationalité unidimensionnelle et objectivante, le résident nomade de la maison des marées parcourt pour ses lecteurs l’espace européen dans l’épaisseur d’une chronologie qui dépasse presque toujours les cadres trop humains.

Lire la suite : « La carte de Guido » – une ‘immensité intime’